Le petit chaperon rouge

On retiendra qu’il existe deux versions de base et que suivant l’âge et la sensibilité des enfants, on présentera l’une ou l’autre :

  • celle des frères Grimm dans laquelle le petit chaperon rouge et sa grand-mère sont sauvées par le chasseur;
  • celle de Charles Perrault dans laquelle le loup est le seul vainqueur.

Voici donc quelques titres :

  • « Le petit Chaperon rouge », version des frères Grimm, illustrée par Frédérick Mansot, Magnard jeunesse : classique, jolies illustrations
  • « Le petit chaperon rouge », version de Charles Perrault, illustrations de Georg Hallensleben, La clé des contes, Gallimard jeunesse : illustrations classiques et fraîches avec un loup pas trop anxiogène.
  • « Le petit chaperon rouge », version de Charles Perrault illustrée par Maud Riemann, Bilboquet : les illustrations modernes parfois un peu angoissantes situent l’histoire dans un univers contemporain.
  • « Le petit chaperon rouge », Barroux et Gilles Bizouerne, Seuil jeunesse : album grand format (25 x 35cm) à pages cartonnées. Illustrations sans texte; le texte, version des frères Grimm simplifiée, se trouve sur un rabat à la fin.
  • « Le petit chaperon rouge », version Charles Perrault illustrée par Christian Roux, Seuil jeunesse : un tout petit chaperon chaperon rouge et un grand loup très noir et vraiment effrayant. Pas pour les plus jeunes.
  • « Le petit chaperon rouge », Rascal, Pastel – École des loisirs : petit livre (17,5 x 17,5cm), très stylisé, sans texte, tout en noir, blanc et … rouge.
  • « Le petit chaperon rouge », Sonia Chaine et Adrien Pichelin, raconte à ta façon, Flammarion jeunesse : petit album (21 x 19cm), très stylisé et sans texte pour raconter « à sa façon ».

Et quelques variations sur le thème :

  • « les vacances du Petit Chaperon rouge », Johanne Gagné et Rogé, Les 400 coups : « Quand Étienne part en vacances, il laisse ses livres chez lui. Alors, les personnages s’ennuient. Et quand le Petit Chaperon rouge s’ennuie, ça lui donne de drôles d’idées… » (4ème de couverture)
  • « le petit chaperon rouge a des soucis », Anne-Sophie de Monsabert, Géraldine Alibeu, Albin Michel jeunesse : quand le petit chaperon rouge va visiter sa grand-mère en décembre et que les enfants la prennent pour le père Noël…
  • « Chapeau rond rouge », Geoffroy de Pennart, Kaléidoscope, École des loisirs : tout l’univers de Geoffroy de Pennart, avec un petit chaperon rouge intrépide et un loup fort gentil.  Ici, les rôles sont inversés et le loup devient victime.
  • « Et pourquoi ? », Michel Van Zeveren, Pastel, École des loisirs : le petit chaperon rouge est là une fillette très curieuse; si curieuse que le loup préfère se faire hara kiri plutôt que de continuer à subir ses questions.
  • « Un petit chaperon rouge », Marjolaine Leray, Actes sud junior : très peu de texte, illustrations minimalistes en rouge et noir. Un petit chaperon rouge effrontée et un loup… naïf. Petit album (20 x 12,5cm). Très drôle.
  • « Petit lapin rouge », Rascal et Clade K. Dubois, Pastel, École des loisirs : quand Petit Lapin rouge, le vrai, rencontre le Petit Chaperon Rouge, le vrai, qu’ils se racontent leurs histoires et décident d’en changer la fin.

Sur les conseils d’Alaya :

  • « Mademoiselle Sauve qui peut », Philippe Corentin, École des loisirs : Mademoiselle Sauve-qui-peut est une fillette maligne et espiègle. Partout où elle passe, tout le monde fuit tant elle est infatigable. Sa mère, excédée, l’envoie chez sa grand-mère porter une galette et un petit pot de beurre. Mais sa grand-mère ne s’y trouve pas. Seul, le loup est là dans son lit à attendre. Mademoiselle Sauve-qui-peut est loin d’être bête. Elle connaît l’histoire du Petit Chaperon rouge et jette le loup dehors. La grand-mère intervient et demande à la fillette d’arrêter d’embêter l’animal. Ce loup est un gentil loup qu’elle héberge pour la nuit. La fillette s’excuse et s’en va ravie (site Ricochet)
  • « Le petit chaperon noir », Corinne Binois et Déborah Mocellin, Lire c’est partir : Ce petit chaperon là est méchante, malpolie, gourmande, voleuse et sale. En un mot, épouvantable. Le loup qui en a marre d’être si mal traité s’en va se plaindre à la grand-mère et ensemble ils mettent sur pied une méthode pour la faire changer.
  • « Le petit chaperon vert », Grégoire Soltareff, École des loisirs : Le Petit Chaperon vert est une fille très sympathique et courageuse. Elle n’a qu’une ennemie, cette sale menteuse de Petit Chaperon rouge. La voici en chemin, elle traverse la forêt pour aller voir sa grand-mère, lui porter des médicaments. Elle rencontre le loup qui court à toute vitesse et le Petit Chaperon rouge qui ferait mieux de faire attention à la bête qui rôde. Quand elle revient, elle aperçoit le loup tué et le fillette en rouge qui lui dit que le loup l’a engloutie, elle et sa grand-mère. Mais, le Petit Chaperon vert n’est pas dupe. De toute façon, ce Petit Chaperon rouge n’est qu’une sale menteuse. (site Ricochet)