Les émotions

Les émotions envahissent souvent le quotidien des classes maternelle. À cet âge, les enfants gèrent encore difficilement leurs émotions, ont même du mal à les identifier, plus encore à en parler. Au fil de mes lectures, je me suis fait une liste d’albums utilisables en classe, certains avec les plus jeunes, pour traiter de sujet délicat.

  • « Aujourd’hui, je suis… », Mies van Hout, minedition : pour chaque double-page un poisson sur fond noir et en face un mot, une émotion sur fond coloré (curieux, nerveux, courageux…). Jolies illustrations et les expressions des poissons sont très parlantes.
  • « De mauvais poil », Moritz Petz et Amélie Jackowski, NordSud : Ce matin, le blaireau est de mauvais poil et « le mauvais poil » c’est contagieux… Illustrations tout en douceur, histoire simple, mais pas simpliste, mes GS ont bien accroché et ont redemandé bien souvent que je leur lise cet album adapté également aux plus jeunes. Petit album (15×20) aux pages en carton rigide.
  • « La tête à la dispute », Émile Jadoul et Catherine Pineur, Pastel : deux amies (une oie et une poule) sont fâchées. Elles ont la tête à la dispute et elles ne savent plus pourquoi… L’univers d’Émile Jadoul est là encore parfaitement adapté aux jeunes enfants, sans mièvrerie. Les illustrations aux couleurs douces sont magnifiques. La couleur de fond de chaque page est un « indicateur d’humeur ». Petit album (20×20) à mettre entre toutes les mains.
  • « Moi d’abord ! », Michaël Escoffier et Kris Di Giacomo, éditions frimousse : dans la famille canard, il y en a qui veut toujours être le premier quitte à bousculer tout le monde. La fin est un peu grinçante mais très drôle. Bel album aux couleurs pastel.
  • « Thomas n’a peur de rien », Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon, Kaleidoscope : Thomas n’a peur de rien, ni du noir, ni des monstres, ni des films d’horreur et cela inquiète ses parents. Thomas n’a peur des rien, … sauf des souris.
  • « Qui a peur de quoi ? », Coralie Saudo, Les 400 coups : … en savoir plus avec Ricochet
  • « Billy se bile », Anthony Browne, Kaméidoscope : Billy se fait facilement de la bile, surtout la nuit dans son lit. Jusqu’à ce grand-mère lui offre des poupées tracas qui glissées sous l’oreiller s’inquiètent à notre place.
  • « Tous les monstres ont peur du noir », Michaël Escoffier et Kris di Giacomo, éditions frimousse : un bel album tout en dégradés de gris. On nous explique qu’il ne faut pas avoir peur des monstres qui rôdent dans les chambres la nuit parce… tous les monstres ont peur du noir.
  • « J’ai très peur », Claude K. Dubois, pastel : tout petit album (11x16cm) un tout petit garçon avec son doudou entend un bruit qui fait galoper son imagination … voleur, fantôme, monstre… Maman !
  • « Le gros ralbum de tous les Y’en a marre ! », Elisabeth Brami et Gilles Rapaport, Seuil jeunesse : petit album (16x16cm); une double-page, un « y’en a marre ! ». Toutes ces choses que les enfants ne peuvent pas toujours exprimer et qui les contrarient ou les rendent malheureux. De la frustration de ne pas avoir tout ce qu’ils veulent, à la colère d’être trop petit, en passant par le divorce de leur parents ou les parents qui travaillent trop, tout y passe. Un bon support pour nourrir une discussion ou un atelier philo.
  • « Grosse colère », Mireille d’Allancé, École des loisirs : Robert rentre chez lui très en colère et la colère monte, monte jusqu’à sortir sous la forme d’un terrible monstre qui dévaste sa chambre puis s’apaise petit à petit.
  • « Frisson l’écureuil », Mélanie Watt, Bayard jeunesse : Frisson l’écureuil est un trouillard. Il a peur de tout, de l’inconnu, des microbes, des abeilles tueuses, du changement… jusqu’au jour où il tombe de son arbre et se rend compte qu’il vole ! Petit album (20x20cm), extrêmement drôle et savoureux, mais difficile à raconter à un groupe.
  • « Un grand monstre ne pleure pas », Kalle Güettler, Rakel Helmsdal et Aslaug Jonsdottir, Albums circonflexe : Petit monstre réussit tout mieux que Grand monstre et Grand monstre en ressent beaucoup de tristesse. Mais … un grand monstre ne pleure pas.
  • « Le tournoi des jaloux », Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon, Kaléidoscope : Aimé et Désiré sont frères et ne cessent de disputer car ils sont terriblement jaloux l’un de l’autre. Le roi, leur père, fait appel à leur marraine qui déclare ouvert le tournoi des jaloux dont l’unique règle est que le perdant sera celui qui le premier n’aura pas fait exactement la même chose que son frère au cours de la journée.
  • « Lucie est partie », Sebastian Loth, NordSud : Zelda et Lucie sont les meilleures amies du monde. Elles font tout ensemble, partagent tout. Mais Lucie est vieille, très vieille et un jour, elle n’est pas au rendez-vous. Alors Zelda la cherche partout, par delà les étoiles, au fond de l’eau, sous la terre, jusqu’au jour où elle comprend que Lucie est partie. Son chagrin est immense mais elle la retrouve dans ses rêves et cela allège sa peine. Un très bel album (tant par le texte que par les illustrations) pour parler de la mort aux enfants.
  • « Je m’ennuie », Christine Schneider et Hervé Pinel, Albin Michel Jeunesse : … en savoir plus avec Ricochet
  • « Bébés chouettes », Martin Waddell et patrick Benson, Kaléidoscope : pas toujours facile d’être trois bébés chouettes lorsque maman part chercher de quoi manger. Pas faciles de gérer toutes ces émotions qui vous envahissent.
  • « Je veux qu’on m’aime », Léo Timmers, Milan :le corbeau est gros et noir. Il voudrait qu’on l’aime mais les autres oiseaux, petits et colorés, ont peur de lui. Il essaie diverses « supercheries » pour se faire aimer mais c’est finalement pour ce qu’il est, grand et protecteur, qu’il s era apprécié.